9) L’Hermite

Carte neutre.

Carte lente.

Droit : Dans le tarot, c’est la carte du temps par excellence et dans un tirage, elle peut aussi bien représenter la notion d’attente, de réflexion, de patience, de sagesse, de compréhension, comme la notion d’oppositions, d’obstacles, d’introspection… Quoi qu’il en soit, l’Hermite annonce souvent le début d’un cycle de prise de conscience en vue d’un changement ou la nécessité d’apprendre… Cette carte donne toujours comme conseil de ne pas forcer le destin, de ne pas bruler les étapes et d’avancer doucement à son rythme.

Renversé : C’est l’une des seule carte du tarot qui voit sa valeur temporelle diminue et qui marque la fin d’une période d’insatisfaction ou de retards. Ainsi, lorsqu’il apparaît dans un jeu l’Hermite renversé indique que nous quittons un cycle lent pour passer dans une période plus rapide où nous pourrons reprendre notre situation en main et surtout dépasser les obstacles.

Personnage : un homme de 40 à 70 ans.

© Chris Semet

8) La Justice

Carte neutre.

Pas d’apport de temps.

Droite : C’est une carte assez complexe qui dégage une certaine froideur. Elle fait d’ailleurs penser à la Papesse. Elle est la carte par excellence des repères, des limites mais aussi des démarches, de nos droits, de la conséquence de nos actes… Lorsqu’elle apparaît dans un jeu, elle indique que nous devons être responsable et donc conscient de nos actes. Elle invite à regarder la réalité en face et à être objectif, voire impartial. Ainsi, il faut trancher, décider, s’engager, prendre une décision et surtout assumer ces choix.  C’est aussi la carte de l’officialisation, de la légalisation mais aussi des  ruptures…

Renversée : Elle devient plus lourde, plus complexe. Bien souvent, elle est là pour indiquer que nous sommes à côté de la réalité, en marge de la société ou que nous avons commis bon nombre d’erreurs que nous payons actuellement. Elle suggère donc de nous remettre à en question afin de remettre les compteurs à zéro.

Personnage : Une femme de 30 à 45 ans.

© Chris Semet

7) Le Chariot

Carte positive.

Carte rapide (sur les 4 mois).

Droit : Si cette carte représente le mouvement, cela ne veut pas dire que vous serez amené à faire un voyage ou à partir vivre à l’étranger. En revanche, elle indique que vous allez rentrer dans une période d’actions, d’initiatives, de conquêtes, de défis. Elle vous suggère donc de se bouger, de se réveiller. Il est donc temps de prendre la route afin de suivre notre ‘chemin’, notre voie. Parfois, le Chariot apparaît dans un jeu pour indiquer que nous avons encore des étapes à vivre, des choses à découvrir. C’est aussi le symbole d’émissaire et donc de l’entre-deux. Dans un jeu extrêmement positif, il peut (et cela est rare) représenter le succès, la réussite, les joies.

Renversé : C’est le symbole d’un break, d’une période de mise au point, d’une halte nécessaire mais c’est aussi l’image du parcours du combattant, d’une déception passé qui nous a poussée à faire une pause. C’est un peu la représentation de retards, de contradictions, de brouillard. Ainsi, lorsqu’il apparaît dans un jeu, il demande à ce que nous réagissions en nous remettant en question et en prenant conscience de nos ‘bagages’ ou du chemin parcouru.

Personnage : un homme de 30 à 40.

© Chris Semet

6) L’Amoureux

Carte neutre.

Carte rapide (s’exerce dans le présent/présent proche).

Droit : Cette lame du tarot n’est pas forcément là pour exprimer un sentiment ou pour mettre en avant une histoire amoureuse. C’est avant tout une carte de libre arbitre et elle représente la jeunesse d’esprit, l’immaturité mais aussi la créativité, la prise de position, les choix, les carrefours, les doutes, les interrogations, l’incertitude. Bien souvent lorsqu’elle apparaît dans un jeu, elle est là pour signifier que nous sommes devant un carrefour de notre existence et qu’il n’en tient qu’à nous d’agir. Dans un jeu de changement, c’est la croisée des chemins.

Renversé : C’est le symbole de la fin d’une période de doutes ou d’interrogations. Ainsi, nous allons pouvoir nous engager, décider ou trancher. Ici, il n’y a plus d’indécision, il n’y a que de l’action. Les dés sont jetés, les décisions sont prises, il nous faut les assumer. Dans certains cas, c’est l’image du démarrage d’un projet, d’une entreprise qui va nous demander pas mal d’investissement.

Personnage : quelqu’un de jeune, un ami, un proche, un amant.

© Chris Semet

5) Le Pape

Carte neutre.

Pas de réel apport de temps.

Droit : C’est un peu le symbole de l’observation, de la compréhension, d’une certaine forme de savoir. Il représente plus ou moins la prise de conscience ou l’hyper-conscience. Représentant des repères, il n’est jamais là par hasard dans un jeu et il faut le voir comme une sorte d’avertissement. Ainsi, le Pape suggère de mettre nos émotions ou nos états d’âme à plat en vue de nous libérer de certains blocages. C’est donc l’image des remises en question qui nous permettront d’aller vers d’autres horizons. Dans certains cas, il indique que nous devons garder la foi et surtout que nous devons avoir confiance en la vie ou en notre entourage.

Renversé : Sa symbolique devient plus lourde, plus complexe. Bien souvent, il représente le repli sur soi, la perte de repère, les problèmes de communication ou les blocages affectifs et familiaux qui nous empêchent d’avancer. Ainsi, lorsqu’il apparaît, il indique que nous devons nous libérer d’un poids afin de reprendre notre vie en main.

Personnage : un homme entre 40 et 60 ans.

© Chris Semet

4) L’Empereur

4 Empereur

Dans toutes ses représentations, l’Empereur est « brossé », dessiné de profil, sauf dans le Tarot de Paris où il se tient debout avec les attributs du regalia (épée de sacre, sceptre, orbe et couronne) où il est censé représenter Sigismond de Luxembourg Empereur du Saint Empire Germanique.

Dans les autres versions, Charles VI ( ~ 1425), Visconti ( ~ 1466), il est confortablement installé sur son trône tenant dans une main l’orbe et l’autre le sceptre de l’Empire, image de #stabilité. En revanche dans le Noblet (1650), le Viéville (1650), le Dodal (1701), jusqu’au Grimaud (1930), il est en position semi-assise. Il semble presque prêt à se lever et à agir. Il n’est donc pas inactif. On peut d’ailleurs y voir une position de transition. Tout comme chez l’Impératrice l’orbe a « fusionné » avec son sceptre et il le montre au monde. Cela représente non seulement la légitimité de son pouvoir mais aussi son autorité. Remarquez, qu’il ne semble pas vraiment assis, jambes croisées, il est comme légèrement posé comme on le ferait sur le rebord d’une table. C’est un signe de décontraction et surtout d’une grande assurance. Son attitude est virile. L’Écu d’armes posé à terre est un indice d’encrage, d’une période de tranquillité, d’équilibre, voire de repos. C’est un état de pause avant une future action. Qui est l’Empereur ? C’est un chef mais pas que ! Il est aussi le mari, l’amant, le père de famille… Il a donc plusieurs casquettes, plusieurs facettes. C’est un être plus complexe qu’il n’y paraît.

Renversé : Il pousse à s’interroger sur la confiance en soi, sur la maîtrise de nos connaissances, sur le besoin de reconnaissance ou sur les choses qui ont été accomplies.

©Chris Semet

Si vous désirez en savoir plus sur le tarot, je vous invite à vous procurer mon livre sur ce dernier, pour ce faire, cliquez sur l’image =>

Le Tarot

L’Impératrice

3 Impératrice

Dans la plupart des représentations nous la trouvons assise, un bouclier dans une main et un sceptre dans l’autre. Selon les versions, les attributs touchant à son rang sont inversés mais cela ne constitue qu’un détail. En revanche, il est intéressant de noter que dans le Cary-Yale, l’Impératrice est entourée de quatre personnages, dont deux en arrière-plan qui semblent être devenus au fil du temps le dossier du fauteuil de l’Impératrice que beaucoup assimilent à des ailes.

Dans la représentation actuelle, que voyez-vous ? Une femme confortablement assise qui semble tenir sa position. Couronnée, habillée noblement, elle a un rang et donc du pouvoir. D’une certaine façon, cette lame représente la stabilité, enfin en apparence car ici rien n’est garanti ou durable.

Dans sa main gauche, elle tient un sceptre du bout des doigts. Ce dernier se termine par un globe surmonté d’une croix, c’est un orbe insigne royal. Elle le tient de façon désinvolte et semble le regarder. L’imagerie de cette lame laisse penser qu’elle frôle des doigts le pouvoir car consciente de ses dangers. D’un autre point de vue, cela exprime aussi les forces cachées de l’Impératrice.

À droite, elle semble « étreindre » ou serrer un bouclier avec la représentation d’un aigle, toutes ailes déployées. C’est le symbole du pouvoir, de la force, de la « victoire » mais aussi de protection. L’Écu d’armes, il donne aussi une information sur la position sociale et matérielle de cette dernière. Il indique aussi que cette dernière appartient à un clan, un groupe, une famille. Elle est donc complètement intégrée à …

Par extension, c’est aussi un des emblèmes que l’on donne à la déesse Vénus, déesse de l’amour et de la beauté. Par extension, c’est la carte de la fécondité, de la possible maternité…

Renversée : Elle invite à s’interroger sur les bases et les acquis qui constituent nos vies. Tout comme elle incite à réfléchir sur l’idée de réussite et d’échec, voire de fécondité, de famille et donc d’hérédité.

©Chris Semet

Si vous désirez en savoir plus sur le tarot, je vous invite à vous procurer mon livre sur ce dernier, pour ce faire, cliquez sur l’image =>

Le Tarot