15) Le Diable

Carte neutre (sa valeur dépend des autres cartes).

Carte lente.

Droit : C’est souvent une carte mal aimée et à tort ! Si effectivement, le Diable peut représenter la soumission, la possession, les abus (en tout genre) ou les déviances, cette carte ne se limite pas à ces aspects. C’est aussi le symbole de l’attachement, de la passion, de l’ancrage, de la consolidation, de la construction. Cette lame est aussi en relation avec nos envies, nos désirs, nos besoins, notre sexualité… Lorsqu’elle apparaît dans un jeu, selon le contexte, elle peut soit indiquer que nous dépendons de quelqu’un ou des circonstances de la vie, soit que nous allons nous attacher à développer un projet, une relation…

Renversé : Là, cette carte prend un sens plus complexe et plus lourd. C’est un peu l’image de la fin d’un attachement, le fait de briser des chaînes, l’idée de cicatrices liées à notre enfance ou notre vie affective. Quoi qu’il en soit, lorsque cette lame apparaît dans un jeu, elle nous invite à nous désengager, à nous libérer, à ne plus dépendre de.

Personnage : un homme ou une femme de 35 à 60 ans.

© Chris Semet