4) L’Empereur

4 Empereur

Dans toutes ses représentations, l’Empereur est « brossé », dessiné de profil, sauf dans le Tarot de Paris où il se tient debout avec les attributs du regalia (épée de sacre, sceptre, orbe et couronne) où il est censé représenter Sigismond de Luxembourg Empereur du Saint Empire Germanique.

Dans les autres versions, Charles VI ( ~ 1425), Visconti ( ~ 1466), il est confortablement installé sur son trône tenant dans une main l’orbe et l’autre le sceptre de l’Empire, image de #stabilité. En revanche dans le Noblet (1650), le Viéville (1650), le Dodal (1701), jusqu’au Grimaud (1930), il est en position semi-assise. Il semble presque prêt à se lever et à agir. Il n’est donc pas inactif. On peut d’ailleurs y voir une position de transition. Tout comme chez l’Impératrice l’orbe a « fusionné » avec son sceptre et il le montre au monde. Cela représente non seulement la légitimité de son pouvoir mais aussi son autorité. Remarquez, qu’il ne semble pas vraiment assis, jambes croisées, il est comme légèrement posé comme on le ferait sur le rebord d’une table. C’est un signe de décontraction et surtout d’une grande assurance. Son attitude est virile. L’Écu d’armes posé à terre est un indice d’encrage, d’une période de tranquillité, d’équilibre, voire de repos. C’est un état de pause avant une future action. Qui est l’Empereur ? C’est un chef mais pas que ! Il est aussi le mari, l’amant, le père de famille… Il a donc plusieurs casquettes, plusieurs facettes. C’est un être plus complexe qu’il n’y paraît.

Renversé : Il pousse à s’interroger sur la confiance en soi, sur la maîtrise de nos connaissances, sur le besoin de reconnaissance ou sur les choses qui ont été accomplies.

©Chris Semet

Si vous désirez en savoir plus sur le tarot, je vous invite à vous procurer mon livre sur ce dernier, pour ce faire, cliquez sur l’image =>

Le Tarot